L’HISTOIRE DE LA COLONNE …EN BREF

En juillet 2014, c’est au Val de la Haye que la Chaîne Normande fait escale pour tourner son émission de la série « Comm’nous » qu’elle consacre aux communes de la région. Une séquence fut bien sûr dédiée à la colonne et à l’événement dont elle perpétue le souvenir.

Pour voir l’émission complète, suivre le lien: https://www.youtube.com/watch?v=w5Jv3e52lmc

Dépose de l’aigle de la colonne Napoléon au Val de la Haye

Une opération délicate – Il aura fallu de longues heures à notre oisillon pour rejoindre le plancher des vaches. Solidement sanglé, centimètre par centimètre, un palan lui a fait franchir les différents paliers de l’échafaudage qu’il fallut constamment modifier. Vu la taille et le poids de la bestiole, la descente ne pouvait s’effectuer que par l’intérieur. Ce n’est que vers 15h que cette délicate opération fut terminée. Personne ne l’avait jamais vu d’aussi près depuis 170 ans. On imagine difficilement comment on avait pu hisser sur son piédestal le 15 août 1846 notre rapace qui mesure 1.20 mètre et pèse 535kg. Il a maintenant rejoint les ateliers de l’entreprise « Normandie Rénovation » pour un toilettage. Différentes techniques seront éprouvées afin de le garder en bonne santé. A suivre…

 

Pourquoi le retour des cendres de Napoléon?

C’est en 1840 qu’est née dans le cerveau fertile de Thiers, le président du Conseil de Louis-Philippe, une opération funèbre, qui va réveiller une popularité chancelante.

Le roi a à l’époque la volonté de réconcilier toutes les mémoires nationales. De Versailles dont il a entrepris le relèvement, il fait un musée de l’histoire de France. La même année, 1840, il installe l’Obélisque sur la Place de la Concorde précédemment débarrassée de toute trace des exécutions révolutionnaires. Et Place de la Bastille, il dresse la Colonne de Juillet sous laquelle reposent désormais les combattants des libertés publiques de 1830 sans le sacrifice desquels il ne serait pas monté sur le trône.

Le roi se laisse néanmoins convaincre par son gouvernement et nomme son fils, le prince de Joinville, pour commander la Belle Poule qui procédera au rapatriement. La chambre a voté dans l’enthousiasme un crédit exceptionnel et constitué une de ces commissions patrimoniales dont la France a le secret. Cette commission a disputé du lieu qui abritera les précieux restes. La commission est présidée par Clauzel, un soldat qui a servi la France en tous ces régimes successifs, que Napoléon a fait baron et Louis-Philippe maréchal.

C’est 23 et 26 mai 1840, la présidence de la chambre est assurée par Martin du Nord

ou

France Inter – La séance est ouverte: Mai 1840, le retour des cendres de Napoléon

le Podcast du Retour des Cendres de Napoleon